Le Château du Landskron à Leymen
 
Encore située de nos jours à une portée de fusil de la frontière franco-suisse, la forteresse du Landskron, qui depuis sa butte domine le bourg de Leymen, a toujours eu pour fonction de monter la garde en limite d'un Etat. C'était le cas au XIII ème siècle, au temps des comtes de Ferrette, ce le fut encore lorsque les Habsbourg administrèrent le Jura alsacien, et, de même, après 1639, quand le roi de France, en l'occurrence Louis XIV, devint le seul suzerain du Landskron, sur la nouvelle frontière de son royaume.
Après avoir servi de prison - on alla même jusqu'a la surnommer la "Bastille alsacienne" -, la place connu un dernier moment de gloire sous l'Empire, quand une poignée de grognards s'opposa à l'armée autrichienne, à la veille de NoŽl 1813. C'est à la suite de cet ultime siège que le château du Landskron fut démantelé, hormis son donjon. Mais il reste suffisamment de vestiges pour qu'il soit possible de retracer sa longue histoire militaire. La disposition des lieux est de plus très simple à comprendre, chaque amélioration s'étant faite en entourant le donjon primitif d'une nouvelle ceinture défensive.
Ainsi aborde t-on le Landskron par les fortifications rasantes et les redoutes détachées, au nord et au sud, qui portent la marque de Vauban et de ses ingénieurs. Puis une porte massive datée de 1515 donne accès à la cour basse en faisant traverser l'enceinte des Habsbourg. Là se voient les restes de bâtiments de diverses époques, de l'âge gothique au XVII ème siècle, et enfin le donjon originel du XII ème siècle, qui coiffe un piton rocheux.

NoŽl GRAVELINE dans "L'ALSACE: Château et demeures", Editions Minerva SA, Genève (1995).
 








Copyright 2008 ZUNDEL Thomas

La Vitrine Virtuelle du Sundgau